Que pensent les consommateurs des alternatives végétales ?

par Manon Lobjois, le 23 juillet 2020

En France comme en Europe le marché du végétal se porte bien mais l'offre est loin de satisfaire la demande des consommateurs et consommatrices qui attendent une meilleure disponibilité, davantage de variétés et d'alternatives innovantes (notamment fromages et produits de la mer végétaux)

Le marché des alternatives végétales en Europe et les attentes des européens.ennes

Dans son rapport d’enquête European consumer survey on plant-based foods du 29 mai 2020, auprès des consommateurs européens, Proveg international souligne le large potentiel du marché mondial du végétal dans les années à venir. D’un point de vue général, le marché international du végétal est en pleine expansion. On constate qu’en Europe les consommateurs et consommatrices s’intéressent davantage aux simili-carnés, notamment tofu, seitan, tempeh… une demande qui ne cesse de croître depuis 2012. Le marché des alternatives végétales a doublé et la consommation de viande par habitant a diminué. L’ultra frais a déjà bien pris en compte cette nouvelle dynamique, puisqu’il propose depuis plusieurs années des steaks et galettes végétaux. Le rapport global de ProVeg prévoit d’ailleurs qu’en 2030, les volumes de production de viande bovine et de produits laitiers américains devraient diminuer de plus de 50 %, et d’ici 2035 de près de 90 %.

 

Et la situation en France ?

Pour la France, ProVeg International et l’Association végétarienne de France ont mené à l’automne 2019, une enquête auprès de 502 consommateurs et consommatrices en France afin d’identifier les priorités d’amélioration et de développement des produits, sur la base de leur expérience en matière d’achat et de consommation de produits végétaux. 

Cette étude, Consumer views on plant based-foods (French Market), qui s’inscrit dans leur étude européenne explique les divers moteurs de cette croissance et les freins qu’elle rencontre sur le marché français. D’après l’enquête, en France, neufs personnes interrogées sur dix ont récemment acheté du lait végétal. Celui-ci devient le produit laitier végétal le plus consommé (devant la margarine, la crème, les yaourts…) par les consommateurs et consommatrices. Une des raisons de ce constat est sa forte disponibilité dans la majorité des commerces alimentaires. Le fromage végétal pourrait suivre le même chemin s’il était plus savoureux et moins onéreux d’après les Français·es. Plus de 80 % des personnes interrogées souhaitent voir davantage de fromages végétaux dans les supermarchés, car elles estiment – entre autres – qu’il y a trop peu d’options actuellement. 

 

Verena Wiederkehr, responsable de l’industrie alimentaire et du commerce de détail chez ProVeg, a déclaré : « Il pourrait être commercialement intéressant pour les fabricants de travailler à l’amélioration du goût et de la texture des fromages à base de végétaux. Les données confirment que les fromages végétaux de bonne qualité et abordables ont de grandes chances de capturer et de conserver une part conséquente d’un secteur lucratif et à croissance rapide ».

 

Les pâtisseries et friandises végétales ont aussi le vent en poupe, notamment à cause de la fragilité du marché des œufs. En outre, les demandes venant des personnes végétaliennes ou souffrant d’allergies (aux œufs, aux produits laitiers…) sont en constante augmentation. Ce nouveau terrain de développement du végétal favorise l’élargissement des gammes, pour le plus grand bonheur des consommateurs et consommatrices. 

De fait, des investisseurs de renom de l’industrie de la viande parient aussi sur les alternatives aux poissons et fruits de mer. Effectivement, ces produits très attendus et encore très faiblement représentés par rapport aux simili-carnés apparaissent progressivement dans les magasins de détail, offrant ainsi une alternative aux poissons et autres produits de la mer.   

 

Tant de ressources végétales encore inexplorées …

En dehors des alternatives déjà existantes ou en cours de développement, les possibilités qu’offrent les produits végétaux sont loin d’être toutes explorées. En effet, d’après ProVeg, seules 10% des sources de protéines végétales sont actuellement utilisées alors qu’il existe un grand nombre de produits végétaux potentiellement utilisables comme le chanvre, les pois chiches, les algues… L’offre reste donc à enrichir, pour satisfaire les attentes gustatives et nutritionnelles des consommateurs…. qui sont aussi de plus en plus des “consommacteurs”, sensibles aux questions éthiques, sanitaires et environnementales.