Le marché végétal, cantonné à 2% des Français·es ?

par L'équipe du V-Label, le 11 septembre 2018

Les industriels sont conscients qu’il s’agit avant tout d’un marché d’avenir

Pourquoi le marché végane est-il aussi porteur pour l’industrie agroalimentaire alors que les véganes ne représentent qu’au mieux 2% de la population (CHD Expert, 2016; Opinion Way, 2017)? Les éclaircissements de Jean-Benoît Robert, responsable du V-Label en France.

L’exemple de la consommation de produits biologiques

Est-il raisonnable de concevoir une offre alimentaire spécifique pour 1 à 2% de la population française ? Qu’en est-il des autres segments du marché de l’alimentation dite « saine » ou « durable » ?

Combien de personnes ne consomment que du « sans gluten », ou pour prendre un exemple à plus grande échelle, combien de personnes ne s’alimentent qu’à partir d’aliments biologiques ?

La réponse est 1%. 1% de la population est intolérante au gluten et on ne recenserait que 1% de Français·es se nourrissant exclusivement de produits biologiques. Cela démontre que les cinq millions de consommateurs et consommatrices régulier·es de sans gluten (1) et les 8,3 milliards de chiffre d’affaires (2) réalisés par le secteur du bio ne peuvent être liés uniquement à ces infimes parties de la population.

On peut y voir un parallèle avec le marché végane, puisque ce qui motive des grands groupes tels que Danone ou Carrefour à investir ce territoire n’est pas cette modeste partie de la population – très  visible dans les médias certes, mais estimée à seulement 1 ou 2% de la population. Il faut chercher ailleurs, chez les acheteurs et acheteuses occasionnel·les de produits véganes et les consommateurs et consommatrices de demain.

 

Un marché d’avenir qui s’écrit aujourd’hui

Les industriels sont conscients qu’il s’agit avant tout d’un marché d’avenir. En effet, cette tendance de fond est largement sur-représentée chez ceux et celles qui dictent la consommation de demain, à savoir les 16-25 ans, dont 11% sont végétariens ou véganes (3).

La population française est de plus en plus sensibilisée à l’écologie, à la santé et à la condition animale. Une large partie de la population française désire changer sa manière de consommer pour être plus en phase avec ses valeurs. C’est ainsi que 43% des Français·es sont ou souhaitent devenir véganes, végétarien·nes ou flexitarien·nes (4). Il est aisé de penser qu’auprès de cette population, une alternative végane attrayante saura aisément concurrencer son équivalent carné.

 

Une offre qui séduit bien au-delà de la sphère végane

Tout comme dans le secteur du bio, ce sont bien les Français·es qui consomment non exclusivement ce type de produits qui intéressent tant les entreprises. En effet, on peut compter respectivement 20% et 50% de consommateurs et consommatrices occasionnel·les de produits véganes et/ou végétariens en France (5), ce qui laisse imaginer un chiffre d’affaires motivant pour les acteurs du secteur agroalimentaire. Les nombreuses ouvertures de restaurants véganes et l’apparition de salons et festivals dédiés qui fédèrent des milliers de personnes attestent de ce dynamisme dû à une offre qui séduit bien au-delà de la sphère végane.

 

Une tendance de fond, un marché en transition

La tendance est lourde et s’appuie sur le fait que 80% de la population tend à réduire sa consommation de viande (6). Ces Français·es n’ont pas arrêté de s’alimenter pour autant : ils mangent différemment, développant ainsi un nouveau marché. Des spécialistes de produits carnés tels que Fleury Michon ou William Saurin l’ont bien compris en répondant à la demande à travers la fabrication d’alternatives à la viande. Il n’est pas rare de voir dans les linéaires des nuggets véganes, réalisant parmi les meilleures ventes des offres veggies, concurrencer les nuggets de poulet…

Une offre qui s’adresse au plus grand nombre

Un produit végane est une véritable aubaine pour les spécialistes du marketing puisqu’il s’adresse au plus grand nombre quel que soit votre religion, vos intolérances ou allergies.
En effet, rappelons que l’allergie aux œufs concerne près d’un enfant sur dix (7) et que l’intolérance au lactose touche une très large partie de la population : selon le site de l’Assurance Maladie, 30 à 50% des adultes français ont une digestion incomplète du lactose. On comprend aisément pourquoi les géants et spécialistes des crèmes glacées tels que Magnum, Picard, Ben & Jerry’s, Amorino, nous ont proposé de délicieuses alternatives véganes aux glaces à base de lait cet été.

 

(1) AFDIAG, 2016
(2) L’Agence Bio, 2018
(3) Diplomeo, 2017
(4) Etude Lesieur, 2017
(5) « La tendance vegan », CHD Expert, 2016
(6) Arcane Research, mars 2018
(7) Le Figaro Santé