Les vins véganes des Vignerons de Buzet

par Clémence Landeau, le 21 mars 2017

"Beaucoup de nos clients (…) nous interrogent sur le véganisme. On a un rôle pédagogique à jouer".

Un article de Jean-Benoît Robert, paru dans la revue Alternatives végétariennes n°127 – printemps 2017.

 

Fait méconnu, le vin intègre le plus souvent des sous-produits animaux (blanc d’œuf, colle de poisson, protéine de lait…) dans son procédé de fabrication. Les Vignerons de Buzet, coopérative du Sud-Ouest de la France, a choisi de supprimer les intrants d’origine animale et de demander le V-Label pour une partie de sa cave, les vins du Domaine de Michelet. Rencontre avec David Bidegaray, responsable marketing.

 

Quel est le point de départ de cette démarche de labellisation ?

Notre coopérative gère 1900 hectares de vignobles et produit 12 millions de bouteilles par an. Elle est engagée dans une démarche éthique depuis quelques années déjà : on utilise des engrais 100% naturels depuis 2007 ; on a fortement réduit la teneur en sulfites, et on les a même supprimés pour certains vins il y a 5 ou 6 ans. Notre objectif est de produire des vins les plus sains possible, sans pour autant les vendre plus cher. On a ensuite supprimé les produits animaux, et pour la première fois sur la récolte 2016, on n’a travaillé qu’avec de la protéine végétale.

 

Quelle protéine végétale utilisez-vous ?

Principalement de la protéine de pois, qui se présente sous forme de farine. Les tests qu’on pratique en interne depuis plusieurs années nous ont montré que c’était aussi efficace que les protéines animales ! Cette méthode ne change pas du tout le goût, la texture ni l’aspect du vin.

 

Pourquoi avez-vous choisi de vous labelliser avec le V-Label européen ?

Il est important d’avoir une caution extérieure et de ne pas se contenter de l’autodéclaratif. Le V-Label impose un cahier des charges sérieux. C’est à la fois cohérent avec la demande de nos clients et cela nous ouvre de nouveaux marchés.

 

Et quel est l’impact de cette labellisation ?

Au bout de quelques semaines seulement, on ne peut pas encore en mesurer les retombées commerciales. En revanche, notre coopérative a fait l’objet d’une importante couverture médiatique ! Beaucoup de nos clients s’intéressent maintenant au procédé de fabrication des vins et nous interrogent sur le véganisme. On a un rôle pédagogique à jouer, et on sent qu’il y a un fort intérêt pour les vins véganes.

 

Comment sont distribués vos vins ?

Pour l’instant, seuls les vins du Domaine de Michelet sont labellisés Végane, même si en théorie l’ensemble de la cave pourrait l’être. Ils sont exclusivement présents sur le circuit CHR (cafés, hôtels et restaurants) ou à l’export, mais on n’exclut pas à terme de distribuer ces vins sur d’autres circuits.

 

Pour en savoir plus sur les Vignerons de Buzet, cliquez ici.

 

[Crédits photo: Kym Ellis, Unplash]